Dirigeant Entreprises
Dirigeant Entreprises
Jean-Luc Schnoebelen Retour

Jean-Luc Schnoebelen

PDG de JLS Management, société spécialisée dans le conseil stratégique et le management de crise.

Jean-Luc Schnoebelen est un chef d’entreprise français, né en 1956, ancien président-fondateur de Ginger Groupe, aujourd’hui à la tête de la société Impact Holding et JLS Management, société spécialisée dans le conseil stratégique et le management de crise.

Formation de Jean-Luc Schnoebelen

Jean-Luc Schnoebelen est ingénieur géomètre et topographe de formation. Il est diplômé de l’École supérieure des Géomètres et Topographes de Nancy (ESGT Nancy).

Carrière de Jean-Luc Schnoebelen

Jean-Luc Schnoebelen débute sa carrière professionnelle en 1981 chez OTH, entreprise française spécialisée dans l’ingénierie bâtiment, infrastructure et industrie – OTH s’est depuis uni avec la société EGIS au sein du groupe IOSIS. Il occupe alors le poste de directeur du développement à l’international.

En 1983, il rejoint le groupe Bouygues, en tant que directeur de la branche Ingénierie d’une filiale. Jean-Luc Schnoebelen gravit alors les échelons, devenant directeur technique du groupe en 1986, puis directeur de HDR Inc. – dénomination de Bouygues USA de 1991 à 1994. En 1994, il accède aux fonctions de président directeur-général de Rinaldi Structal Group, à l’époque filiale du groupe Bouygues.

Jean-Luc Schnoebelen est par ailleurs à l’origine de la création d’IB2 technologies (société à 50/50 entre Bouygues et IBM) spécialisée dans la construction et réalisation de « smart buildings ». Il est également à l’origine de la création d’Edival (société spécialisée dans les échanges EDI – société entre France Telecom, Bouygues et Cap Gemini Sogeti)

Pendant cette période, suite à un concours lancé par le COJO d’Albertville (1992), Jean-Luc Schnoebelen pilote aussi la réponse de la couverture audiovisuelle des Jeux Olympiques pour le compte de TF1. À la suite de cette expérience, il participe aux études de la couverture audiovisuelle de la coupe du monde de football (1998).

Il pilote également un audit financier technique et organisationnel du tunnel sous la Manche pour le compte des 10 entreprises opérantes du projet. Cet audit a mobilisé une centaine de personnes de nationalités multiples.

À partir de 1996, Jean-Luc Schnoebelen pose les bases de la future entreprise qui prendra le nom de Ginger Group, en acquérant le CEBTP (Centre d’expertise du bâtiment et des travaux publics), spécialisé dans le domaine de l’expertise en bâtiments et en travaux publics. C’est autour de l’important réseau d’agences du CEBTP au niveau national que Jean-Luc Schnoebelen va bâtir et développer la société d’ingénierie Ginger Groupe, faisant de cette dernière le premier groupe privé d’ingénierie d’équipements et d’infrastructures en France. En tout, une quinzaine de sociétés seront rachetées et intégrées, en France et à l’étranger, à Ginger Groupe. Le chiffre d’affaires du nouvel ensemble passe notamment de quelques millions d’euros à 269.5 millions d’euros en 2009. Ginger Groupe compte alors près de 2 000 collaborateurs, majoritairement basés en France mais aussi à l’international.

En 2010, Ginger Groupe est vendu par Jean-Luc Schoebelen au groupe néerlandais Grontmij, un rapprochement qui donne naissance au 4e acteur de conseil en ingénierie en Europe (avec près de 10 000 employés et un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros). Ginger Groupe a officiellement été rebaptisé en avril 2013 pour devenir Grontmij France.

Entre 1996 et 1999, Jean-Luc Schnoebelen offre également son conseil et son expertise reconnue en effectuant différentes missions en gestion de crise, relance ou restructuration d’entreprises :

– pour le compte du CDR, il conseille notamment le groupe T.I. (ingénierie industrielle clef en mains), le groupe Master K (constructeur de solutions de pesage), les résidences Bernard Teliot (check orthog.), LMDI (société de logistique), ainsi que la compagnie aérienne Air Caraïbes ;

– pour le compte de Suez industries, il conseille le groupe Clininvest (opérant la gestion d’une vingtaine d’établissements de santé).

Depuis 2011, Jean-Luc Schnoebelen est à la tête de la société Impact Holding (société de participations détenant 5 sociétés de façon majoritaire). Il est également dirigeant de JLS Management, société de consulting spécialisée dans le conseil stratégique et le management complexe. L’entreprise compte parmi ses principaux clients TPFI, le groupe Vinci (BTP) et SNC Lavallin.

En 2012, Jean-Luc Schnoebelen se lance dans un nouveau projet, en créant et en développant Club Dépannage, une entreprise qui propose à ses clients de prendre en charge la conciergerie de leurs biens immobilier, au travers d’un concept innovant de services liés au dépannage d’urgence et à l’entretien courant de ses installations. Spécialisée dans 3 grands domaines d’activité (plomberie, électricité, serrurerie), Club Dépannage s’appuie sur l’expérience et les compétences de l’entreprise de rénovation JLS Construction.

Au cours de l’année 2012, Jean-Luc Schnoebelen a par ailleurs effectué de nombreuses missions de conseil en ingénierie pour Vinci Construction. Depuis 2014, il intervient également en tant que conseil en stratégie pour mener à bien la restructuration de la branche française du groupe canadien Lavallin.

Anecdote(s)

En 1986 Jean-Luc Schnoebelen développe les prémices de ce qui sera la domotique en créant « Domobus », un tableau de bord domestique qui permettait dans le cadre de logements collectifs à chauffage collectif de définir le coût de la consommation individuelle.

Fin 2011, Jean-Luc Schnoebelen est également à l’origine d’une idée originale qui fait du bruit : recouvrir la tour Eiffel d’une couverture végétale et l’habiller de plantes. Encore à la tête du groupe international d’ingénierie Ginger, Jean-Luc Schnoebelen et ses équipes planchaient depuis plus d’un an sur cette idée d’habiller l’icône de la ville de Paris d’un treillis de 600 000 plantes, nichées dans un filet de chanvre accroché aux colonnes de fer et alimentées par un réseau de 12 tonnes de canalisations. Le groupe Ginger chiffrait alors cet habillage vert à 72 millions d’euros, entièrement financés par des sponsors privés. Un projet qui ne verra malheureusement pas le jour mais qui symbolise à lui seul l’originalité de Jean-Luc Schnoebelen dans le monde de l’entreprise et de l’ingénierie.

JLS Management

JLS Management est une société de consulting spécialisée dans le conseil stratégique, [...]